Le 20 juin, la jeune AOC Languedoc Grés de Montpellier organisait au Château d’Assas la deuxième dégustation à l’aveugle de son millésime, en l’occurrence 2014.
Dans ce site illustre, dont la façade de « folie montpelliéraine» laisse découvrir une partie renaissance et médiévale, avec donjon et tour pigeonnière, l’hôtesse des lieux, Marie-Claude Demangel, rappelait comment la musique baroque, ses plus grands interprètes ont assuré la renommée internationale du château.
C’est au son d’un clavecin jouant à côté que professionnels, cavistes et journalistes étaient conviés à donner leurs appréciations sur 13 vins sélectionnés à l’aveugle par les vignerons parmi 38 crus, comme représentatifs de l’AOC. Autour de quatre maîtres-mots – volume, finesse, élégance, fruit -, ces vins seront proposés dans toutes les manifestations où l’AOC sera présente. Ils y feront office d’ambassadeurs du cru.
Ce type de dégustation à l’aveugle  a pour but de «  se recaler entre vignerons sur une unité, la recherche de ce qui leur est commun », commente le président de l’AOC, Olivier Durand.
Pierre de Colbert, vigneron au Château de Flaugergues, résume le défi de la jeune appellation, qui s’étend sur 46 communes, des contreforts des Cévennes à la mer, de Montagnac à Lunel: l’homogénéité. Une robe pourpre, un nez de fruits rouges, des notes poivrées, réglissées en bouche, parfois plus complexes, évoluant sur le tabac, le café torréfié, et une belle rondeur soyeuse, les futurs ambassadeurs des Grés donnent toute leur expression aux cépages languedociens, Grenache, Syrah et Mourvèdre en tête.
Le terroir de grés, sols pauvres et caillouteux, sur un climat méditerranéen mais sous influence marine, est devenu le ciment et le porte-drapeau de l’appellation.
Tous s’en font les ardents défenseurs, de Bruno Daneluzzi, directeur des Vignerons du Pic à Assas, à Pierre de Boisgelin, vigneron en Saint-Georges d’Orques.  Des défenseurs souvent bio, à l’image d’Olivier Durand. La culture  biologique s’est invitée « naturellement » en Grés de Montpellier. « Plus de la moitié de la production est en bio, même sur de très grands domaines. Le reste de la production se fait en souvent en charte  Terra vitis, dans le souci de l’environnement. ».
La demande en Grés de Montpellier augmente. Pour preuve, négociants et courtiers s’intéressent au plus près à l’AOC, et des importateurs chinois étaient présents en nombre à Assas.
De nouveaux producteurs entrent dans le syndicat, six primo-déclarants cette année. Les vignerons indépendants s’harmonisent avec les caves coopératives, à l’instar d’Assas et de Saint-Georges d’Orques, fleuron du dynamisme coopératif, pour accroître progressivement la production. L’effet « nouveauté » joue à plein. L’appellation produit des vins appréciés des nouveaux consommateurs, notamment de la génération des 20-35 ans, comme des cavistes, à la recherche de renouvellement.
Les Grés prennent l’aspiration de la métropole montpelliéraine, de son image forte et de son rayonnement à l’international. Accolée au terroir, Montpellier, redevenue capitale viticole, illumine l’appellation d’un riche patrimoine, aux multiples joyaux, qui servent de cadre aux dégustations de l’AOC.  L’an dernier au Château de l’Engarran, l’an prochain à l’Abbaye de Valmagne ou au Château de Flaugergues…heureuse appellation qui n’a que l’embarras du choix pour déployer ses activités. Ce patrimoine, les Grés de Montpellier le font volontiers découvrir à de multiples occasions. Le 12 juillet prochain, au Musée Fabre, tableaux évoquant la vigne et la vie viticole dialogueront avec trois vins des Grés.  La balade-phare dans la ville, rendez-vous désormais incontournable pour les amateurs, se tiendra désormais le premier dimanche de juin. La décision a été prise et acte l’affirmation de son identité.
S’exprimant dans des paysages enserrant la métropole comme un amphithéâtre, dans des sites architecturaux majeurs ou dans une histoire pluri-séculaire, les vins en AOC Languedoc Grés de Montpellier réunissent patiemment tous les atouts pour affirmer leur existence, vent en poupe,  parmi les grandes AOC régionales.   

 

Les 13 ambassadeurs du millésime 2014

  • Chai d’Émilien, Epopée
  • Château de Fourques, L’Ombre du vent
  • Clos de l’Amandaie, Huit Clos
  • Domaine de Roquemale, Grés
  • Vignobles Paul Mas, Clos de Savignac
  • Les Vignerons du Pic, Château d’Assas
  • Mas de Lunés, Grés de Montpellier
  • Vignobles Paul Mas, Jean Claude Mas
  • Château de Flaugergues, La Sommelière
  • Château de l’Engarran, Château
  • Château de l’Engarran, Les Gravières
  • Abbaye de Valmagne, Cardinal de Bonzi
  • Mas du Novi, O de NoviArticle paru le 22 juin 2016

Article paru le 22 juin 2016 dans Montpellier-Infos et Thau-Infos

Pin It on Pinterest