Tout a été dit sur les conditions d’élaboration du millésime 2016 en Languedoc, notamment dans l’Hérault, longtemps épargné par les aléas climatiques, puis violemment frappé par la grêle dans l’est montpelliérain, sèchement atteint dans le biterrois et tout l’ouest, par l’absence de pluies voire un stress hydrique dans les dernières semaines avant les vendanges. Adversité du temps, à laquelle le vigneron ne peut que se rendre, adversité économique également, sur fonds de concurrence venue d’Espagne sur les vins en IGP, et de tension des prix d’achat en caves, la cuvée 2016 s’annonçait sous de mauvais auspices. La baisse des volumes récoltés n’a épargné aucun vignoble, de -10 % à – 20 % en moyenne. Des fins de maturation affolantes où tous les cépages mûrissaient à très grande vitesse ont rendu les vendanges complexes, avec des degrés élevés.
Et pourtant, se profile une grande qualité louée par les professionnels, Comité Interprofessionnel des Vins du Languedoc en tête. Jérôme Villaret, délégué général, le résume en trois mots : « une année singulière ». Les vins du Languedoc, « de plus en plus plébiscités »[1] affirment la régularité de leur niveau qualitatif depuis plusieurs années. Jean-Philippe Granier, directeur technique des AOC Languedoc, le confirme: « Nous avons moins d’écart que dans les années 1980. On reproduit la qualité de millésime en millésime ». 2016 concrétise cette mutation au plan des pratiques : des rendements plus faibles, plus d’application, des vignerons travaillant bien leurs vignes (sols vivants, vendanges manuelles, tri) et en cave.
Les spécificités du millésime tiennent à une concentration extrême, et des équilibres, naturels ou travaillés en cave, surprenants : un degré élevé mais de la fraîcheur, du fruit sur les blancs et rosés, de la finesse. Joël Julien, directeur des Costières de Pomerols l’exprime : « On apprend tout le temps. Chaque année, les conditions sont différentes, nous devons apporter des corrections, réagir à de nouvelles situations ». Compliqué, lorsqu’il s’est agi de gérer en même temps de gros volumes de production en cave, – Luc Flache, directeur des caves de l’Estabel à Cabrières parle d’un millésime de challenge , passionnant à vinifier aussi, pour Frédéric Nodet, au Château Stony à Frontignan, où « le millésime n’a presque pas été problématique, alors qu’il aurait pu l’être » en muscat.


Sur les vins blancs, dominent gras, rondeur et acidité. Le sauvignon, cépage précoce, a été plus ardu à travailler, Les Costières de Pomerols ont laissé la maturité se développer sur les chardonnay et viognier. Les cépages anciens du Languedoc ont mieux résisté aux conditions climatiques. Jean-Philippe Granier met en avant le carignan blanc, la clairette, le vermentino (rolle). En effet, ce dernier, fabuleux à Pomerols, apporte dans les assemblages (grenache-vermentino) une belle fraicheur et une minéralité. Jean Renaud, directeur de la Cave d’Adissan, évoque une clairette très florale pour le moment en sec avec ses notes habituelles de poivre et de coing, des arômes de pomme sur les moelleux, un côté sucré, miellé qui explose en bouche. Le muscat à petits grains n’est pas en reste, la récente médaille d’or au CGA de Paris, pour le muscat sec du Mas de Jacquet à Vic-la-Gardiole atteste de la vivacité du cépage, mais aussi d’une qualité lissée, égale sur les Vins Doux Naturels, pour Frédéric Bailleux, directeur commercial des Vignerons du Muscat de Lunel qui travaillent, « en dehors du sucré, un côté épicé, poivré, gingembre en fin de bouche » lui aussi récompensé à Paris. Frais jusqu’au bout, sans souci en cave, Frédéric Nodet a tiré du cépage concentration et arômes sur les VDN, légèreté et délicatesse sur les secs, très floraux en ce moment. « Le fruit reviendra avec la chaleur ».Mêmes bénéfices pour le piquepoul. « La concentration change la perception des dégustateurs, surpris et emballés par le volume, le gras, la richesse du Picpoul de Pinet » note Joël Julien.
En vins biologiques, « les vinifications en blanc et rosé révèlent en général des arômes fruités. On retrouve dans les vins une belle acidité. Concentrée dans les baies fin août elle s’est maintenue dans les vins, leur apportant de la fraicheur
 » constate Sudvinbio. Des syrah sans soufre, des grenaches plaisants, avec beaucoup de minéralité ont été primés en janvier en vins rosés à Millésime bio. Jean Renaud, comme Jérôme Vidal, président du syndicat du cru Saint-Georges-d’Orques, se résolvent à faire des vins rosés de plus en plus pâles, demandés par les marchés. La Cave de Saint-Georges continue néanmoins, avec d’autres à produire un rosé à la belle robe soutenue « très fruité, croquant, très parfumé et équilibré».


Vignoble de Fougères

Le rouge sera grand, il sera de garde.
La profession, unanime, le clame. « La chaleur a dominé le millésime. Nous avons eu peur d’une reproduction du phénomène connu en 2003, 2009 ou 2013, mais non, le vin n’a pas de caractère brûlant, trop chaud, où l’alcool domine » analyse Jean-Philippe Granier. Du Faugérois, où « les baies, restées petites, ont donné des jus très concentrés, mais un très beau millésime plutôt frais, en petit volume », constate Françoise Ollier au Domaine Ollier-Taillefer, aux Grés de Montpellier, où leur Président, Olivier Durand, évoque un millésime extraordinaire, en passant par le meurtri Pic-Saint-Loup, qui engendre « un millésime avec une grande richesse aromatique, du fruit, un peu plus d’acidité» pour Guy Ratier, éprouvé au Domaine de la Vieille, monte un même son de cloche : concentration, mais aussi finesse et élégance des vins en cave.
Sudvinbio rapporte « de la couleur et des tanins étonnamment souples, malgré le manque d’eau subi par la vigne. On note des fermentations relativement longues sur les moûts concentrés et à forts degrés ». Sur les vins biologiques. De superbes arômes, du fruit, de la rondeur due à des macérations courtes, compte tenu de la maturité des raisins, les conditions sont réunies en bio aussi pour un grand millésime, avec de très beaux cabernet et marselan dégustés.

Vignoble de Saint-Georges d’Orques

Un millésime où les terroirs se révèlent ?
Assurément. Marc Fite, directeur des Chevaliers de Saint-Georges d’Orques confirme « des rouges puissants, ronds, gras, comme d’habitude, avec beaucoup de couleur, de tanins, équilibrés » sur ses terroirs historiques proches de Montpellier. « Les AOC, sur leurs terres de coteaux, sont habituées à la sécheresse. Tout est superbe, avec un potentiel de vieillissement énorme, des tanins présents mais fondus, riches, complexes » expose Olivier Durand. Luc Flache décrit pour Cabrières « combien les schistes ont crée une tension qui réveille les vins. Les blancs, ont certes, un peu moins d’acidité, mais notre terroir apporte de la minéralité »,   un bel équilibre cette année. Un terroir historique s’exprime, en blancs comme en rouges, à Frontignan, où Frédéric Nodet  les vinifie « avec le même intérêt et le même soin ».
Quant aux vieilles vignes, elles ont particulièrement bien résisté à la sécheresse, enracinées dans leur sol de prédilection.
Un millésime où les cépages anciens tirent leur épingle du jeu ?
Indéniablement. Les cépages tardifs, aidés par les dernières pluies mi-septembre, ressortent particulièrement. « Clairette, mourvèdre, cinsault sont merveilleux » s’enthousiasme Jean-Philippe Granier. Ces vieux cépages, tout comme le Carignan ou le muscat, n’ont pas craint la sécheresse. Le mourvèdre a donné comme rarement. « Le picpoul a su résister »
 énonce Joël Julien, notamment « sur des sols profonds, à proximité de l’étang, avec de l’humidité » au sud de la zone AOP.
Premiers salons, dans le Sud, à Paris ou récemment à Düsseldorf, premières mises en bouteilles dans l’hiver, premières synthèses, le Languedoc viticole regarde avec du recul et les retours de ses clients l’état de son millésime en construction. A l’optimisme d’un JP Granier, « Les prix se maintiennent, ils vont progresser » succède le questionnement d’un Olivier Durand : « les clients ne veulent pas payer 30 % de plus pour la sécheresse et la grêle. C’est compliqué avec 25-30 hl/ha, de tenir économiquement. Nous sommes parmi les AOP françaises qui produisent le moins (moins que Bordeaux et la Bourgogne). 
Mais le Languedoc n’a pas encore la notoriété pour augmenter ses prix.  Nous prenons des lettres de noblesse, il faut le courage et la volonté d’augmenter les prix, avec la qualité que l’on a ».
Dans un mouvement en marche depuis trente ans, s’agit-il de la prochaine étape de la mue du Languedoc ? L’historienne Geneviève Fontaine l’exprimait dans un récent colloque sur la viticulture, « le bon vin doit régaler le consommateur, mais il faut aussi qu’il fasse vivre le vigneron». Ce produit qui rapporte beaucoup est naturellement soumis à des luttes, l’histoire du Languedoc en est parsemée. Les vignerons demandaient ce « prix social » – le mot est de Charles Gide – . Dès le XIIIe siècle, Saint Thomas d’Aquin parlait d’égalité dans l’échange, pour le producteur, l’intermédiaire et le consommateur. Il se référait au « juste prix » posé par le philosophe grec Aristote au IVe siècle avant JC, une notion aujourd’hui sous les feux de l’actualité.


[1] Jérôme Villaret cite l’enquête récente Wine trade monitor 2016 réalisée par SOPEXA auprès de 1100 importateurs, détaillants ou grossistes internationaux, le Languedoc arrive en tête des régions viticoles d’Europe dont la demande va le plus augmenter dans les 24 prochains mois.

Le millésime 2016 en quelques mots :
JP Granier : « Un très grand millésime, de garde »
Jean Renaud : « Un millésime généreux »
Joël Julien: « Un millésime riche et concentré. La dégustation ne laisse pas paraître les difficultés de ses conditions d’élaboration »
Frédéric Nodet: » Une vendange et une vinification vraiment intéressantes »
Frédéric Bailleux : « Ce millésime est l’occasion d’entamer une réflexion commune sur les quatre muscats de l’Hérault » Jérôme Vidal et Marc Fite : « des vins qui ont du corps, comme nous les aimons »
Guy Ratier : « Il faut attendre que ce millésime s’élève patiemment. Nous aidons à la taille les vignerons qui ont tout perdu. Les bourgeons à fruits sont impactés par la grêle d’août denrier. La récolte 2017 s’en ressentira »
Sudvinbio : « Un bilan très réjouissant concernant la qualité des vins bio de notre région »
Olivier Durand : « Les terroirs s’expriment vraiment »

Photos: CIVL, AOC Languedoc, Vins de Pays d’Oc

Pin It on Pinterest