Le mois de mai s’efface déjà, empli d’émotions et de rencontres, qui répondent au travail, dans le recul, sur les patrimoines viticoles languedociens.

Au fil du vin, des bouquins, des lieux où ils se sentent bien, entourés de cuvées biologiques
C’est à Alès, aux Papilles au Nez, la cave de Sandra Martinez, reçus à bras ouverts pour un dialogue impromptu entre vin nature, sous l’encre de l’ethnologue Christelle Pineau, passionnante, attentive aux mouvements qui font bouger le monde du vin, à ses hommes et ses femmes, et cépages interdits cévenols. Nous avons goûté, sur leurs terres, au fruit Défendu et autres vins nature.
https://www.papillesaunez.com
https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_corne_de_vache_et_le_microscope-9782348041747.html

 

 

C’est à Montpellier, à l’Atelier CapiFrance animée par Marie Camus, la rencontre du vin et de l’eau, « dans le pays d’ici » grâce à Paul Coudsi, écrivain et dessinateur et son projet « La frontière des vagues ». Un moment suspendu, poésie et musique mêlés, avec Sonia Bessa, rêveries auxquelles j’étais comblée de mêler le vin, sa culture sur nos rivages … et l’Originel qui se plaît tant à se laisser déguster en ce lieu.
http://paul-coudsi.com

 

 

C’est à Trinque Fougasse au sud, restaurant du nouveau Montpellier, dans un cadre qui respire le Languedoc. « La seule bibliothèque où le silence n’est pas respecté, c’est chez nous » s’amuse Mathieu Boudet, notre hôte. Des vins et des mots, encore.
https://www.trinquefougasse.com/o-sud

 

 

 

Au fil du temps, la clairette dévoile son histoire
Le lancement officiel de la cuvée Clairette Art de vivre de Gérard Bertrand le 7 mai à Montpellier, révèle un cépage ancré dans un terroir original, la moyenne vallée de l’Hérault, un cépage, identifié comme le plus ancien de la région, qui épouse les contours de son histoire, un cépage patrimonial, dont la culture fait partie des traditions locales, et se nourrit d’un attachement indéfectible de ses producteurs, un cépage aujourd’hui modernisé, grâce à un partenariat avec le leader des vins languedociens. Le fil de sa culture, même ténu, ne s’est jamais rompu. La clairette du Languedoc, précurseur d’une démarche économique d’envergure appliquée à des cépages anciens, ouvre la voie à tous les espoirs. Elle scelle le retour sur le devant de la scène des cépages blancs, qui ont produit les grands vins du Languedoc, et bâti sa réputation jusque mi-XIXe siècle.
Heureuse d’avoir apporté une pierre à l’édifice et d’avoir participé à ce lancement!
http://www.clairette-adissan.fr
https://www.gerard-bertrand.com/les-vins/art-de-vivre-clairette-du-languedoc-adissan

 

 

Au fil du vin, transparence de la vigne au matin

Retour à la vigne, quand elle appelle tous les soins. Ne pas rechigner à bêcher le tour du pied à la main : sur de vieux ceps fragiles, pas d’intercep !  Les premiers soufrages contre l’oïdium, l’usage d’huiles essentielles pour fortifier la plante suivent. Viendront les accompagner ensuite l’écimage, l’épamprage et l’éclaircissement des feuilles, de vrais traitements en soi, toujours en mode manuel !

 

 

 

Dans cet environnement hors normes, quelle autre méthode de travail envisager ?

 

 

Au fil des salons et des dégustations
Ce n’est pas tout de faire du vin, en parler ou le relier aux fils d’une culture multiforme. Vient le temps de le porter à votre rencontre. Je vous propose de nous retrouver: Le 30 mai à Mirepoix, dans un écrin patrimonial. Que des vins et bières bio, sous la halle aux plafonds sculptés de la cité médiévale
Le 8 juin à Sète, à la Cave Au Vin vivant, en compagnie du Domaine Ribieira. Dégustation à partir de 11h dans ce lieu où les vignerons se sentent comme chez eux.
Le 9 juin, je serai #pieds nus dans l’herbe à Bédarieux, avec Franck Kukuc, le Buveur de poèmes qui a initié cet évènement en 2018. Yoga, sophrologie et vins bio se donnent rendez-vous chez le vigneron Vincent Bonnal. C’est sur invitation, mais le concept est appelé à se reproduire. Suivez-le !
Le 13 juin à Alès, aux Papilles au Nez, pour un accord vin et chocolat avec le Maitre artisan Alfonso Cannarozzo et le Domaine de Coullorgues. Sur une idée de Sandra Martinez, hâte de découvrir ses choix avec l’Originel et Prima Ora. A partir de 19h30

 

Le 23 juin, ne perdez pas le fil. La Bellevilloise à Paris (20e) accueillera le premier événement des Women do Wine.

 

Sous ce programme, ouvert à tous, une journée à la rencontre des femmes du vin, toutes les femmes du vin : vigneronnes, cavistes, sommelières, œnologues, communicantes, autrices, régisseuses, juristes… Nous sommes de plus en plus nombreuses dans le monde du vin, conquérant les derniers bastions – Pascaline Lepeltier meilleure sommelière de France en 2019 – visant à nous rendre plus visibles, plus écoutées, plus respectées.
Réponse à une sous-médiatisation, l’union fait la force, et entretient les solidarités. L’association est née en 2017 à la suite d’un hashtag lancé par Sandrine Goeyvaerts, et d’un ras-le-bol de voir un univers du vin conjugué exclusivement au masculin début XXIe siècle. Les femmes oubliées des remises de prix ? Qu’à cela ne tienne. Women do wine crée les siens le 23 juin, organise des dégustations, des conférences et tables-rondes pour réfléchir, ensemble, se retrouver, faire sauter les verrous, et les clichés, avec le sourire. Voilà un sacré coup de projecteur à un mouvement en marche.

 

Heureusement, pour remplir ce vaste programme, Icare vole à mon secours ! Transportant le vin avec moi, il porte la parole d’une historienne éprise d’un patrimoine forgé au fil des siècles, au fil du vin. A tout bientôt !

 

Pin It on Pinterest