En ce début d’année, qui voit les événements professionnels se multiplier jusqu’à l’ouverture du Salon International de l’Agriculture, le terme de terroir s’affiche partout.L’américaine Christie Canterbury, Master of Wine, en dessine les contours, pose son regard sur les vins qu’il engendre et sur les vignerons qui l’expriment depuis trente ans. Dans une plongée au cœur des AOP Languedoc à l’occasion d’une master class à Montpellier, elle analyse des raisons de leur renommée à l’international. Son point de vue distancié projette notre région, loin des tensions et de la morosité économique ambiante, comme  « un nouveau monde du vieux monde ».

Sorti des arrachages massifs du vignoble en vins de table, le Languedoc ne possédait pas d’AOP au début des années 1980. Les premières vignes issues de la replantation ont maintenant 30 ans. Elles ont vieilli, les vins se sont bonifiés, dans un rapport qualité / prix « excellent » qui a mené les vins du Midi sur la voie du succès. Cette réussite tient avant tout, selon Christie Canterbury, à des vignerons, des personnalités, des vins authentiques, qui reflètent leur terroir et leur histoire.

Un maître-mot ressort : la diversité.  Le Languedoc offre une palette complète de vins, rouges, blancs, rosés, doux, effervescents. Sous des influences-clés, soleil, vents, et même grands vents, qui rafraîchissent la température, assèchent l’humidité, le vignoble s’étire sur de vastes étendues. Des façades maritimes aux arrières-pays d’altitude (relative), des plateaux arides au verdoyant Minervois, le Languedoc compose une mosaïque de paysages et de sols, graviers des terrasses du Larzac, schistes du Faugérois, grés, jusqu’au sable, en AOP La Clape, sur un des climats les plus chauds et secs de France. Les cépages se révèlent eux aussi d’une grande diversité, qu’ils soient descendus en cascade de la Vallée du Rhône, importés ou autochtones, à l’image des carignan et cinsault. Une combinaison gagnante grenache-syrah-mourvèdre domine, apporte du fruité et de la puissance avec d’infinies variations, « passionnantes à observer ». Le degré élevé, la minéralité du grenache se combinent aux fruits rouges, aux baies sauvages de la syrah. Le même éclectisme règne dans les modes de vinification et d’élevage. En cuves béton, conservées du passé, en cuves acier, qui les ont remplacées, en macérations courtes ou longues, carboniques, les combinaisons se multiplient,  reviennent vers les grandes barriques en bois traditionnelles du Languedoc ou testent des cuves tronconiques en vogue.
Le succès vient aussi de rendements maîtrisés. La région parachève la construction de sa pyramide, qui hiérarchise ses vins AOP en affinant et durcissant les règles de production, de l’AOP Languedoc aux dénominations puis aux crus, abaissant à chaque étape les rendements, mettant en avant les particularités locales du terroir, pour obtenir des vins plus concentrés, spécifiques à une aire restreinte.  La région recèle ainsi « de petits bijoux, de petites AOP ».
Les vignerons jouent avec leur sol, leur climat, leurs vignes qui bravent le réchauffement climatique. « Les vignes sont plus intelligentes que les hommes. Elle se mettent en veille quand il fait très chaud, baissent leur alcool pour préserver eau et énergie ». Et de citer les Terrasses du Larzac, où il fait 25° la nuit. « Pour un étranger, c’est chaud ! Mais c’est frais pour la région, et les vignes pensent que c’est frais ». Les vents maritimes viennent buter sur les premiers reliefs, à 100 m d’altitude, échappant une brise rafraîchissante. Ailleurs, une combinaison de vents et de sols se dresse contre le climat chaud à Faugères. A La Clape, sur un sol où rien d’autre ne pousse, le calcaire donne une acidité renforcée, dans une fraîcheur maritime bénéfique.

 

S’appuyant sur un choix judicieux de vins pour la dégustation, Christie Canterbury révèle par l’exemple ces atouts, ces richesses, la diversité de ces terroirs qui conquièrent le monde, qui se sont ouverts au monde : le Languedoc, terre d’accueil par essence, ouvre ses vastes espaces aux vignerons venus d’ailleurs, ou de d’autres horizons.
Deux blancs très différents ouvrent les palais sur une fraîcheur, malgré la chaleur des terres, de l’acidité et de la rondeur avec un Château Puech-Haut 2014  – qui imaginerait un vin du Languedoc à l’aveugle ? – et sur un Limoux Toques et Clochers 100% chardonnay, pierreux, presque  minéral, d’une grande fraicheur lui aussi.
Mais, selon Christie Canterbury, « le Languedoc est la terre de prédilection pour les rouges », à l’exemple d’une de ses appellations les plus connues à l’étranger, l’AOP Corbières (95 % de ses vins sont rouges), ou de toutes jeunes AOP, uniquement dans cette couleur (Pézenas, Terrasses du Larzac, Pic Saint Loup). Le Château d’Aussières 2013 illustre le déplacement de style du nouveau monde languedocien, plus sur le fruit, plus éclatant, dans lequel la pureté des cépages utilisés se fond en un harmonieux mariage. La Chapelle de Bébian, en AOP Pézenas, combine la minéralité du grenache, et les fruits rouges, baies sauvages mûres de la syrah. Autre combinaison, syrah-mourvèdre,  au Château de la Roque en Pic Saint Loup. Ce vin très intéressant fait découvrir un cépage «  paresseux, qui fait la sieste au soleil, aime les lentes maturations, a besoin, dit-on, de voir la mer pour mûrir ». Le mourvèdre, noir, velouté, s’exprime ici avec force, même s’il n’est pas en bordure maritime. La combinaison GSM se fait l’expression d’une personnalité, à l’instar de La Peira, dans la jeune AOP Terrasses du Larzac où la vigneronne, alsacienne installée depuis deux ans, cherchant « l’expression pure d’un cépage sur une variété de sols », délivre des notes de cuir et de fruits rouges.
Christie Canterbury estime que «plus que des AOP, ce sont des personnalités, des vignerons, des artistes ! » qui font le Languedoc. Dans une ode à la liberté chère à la région « ils communiquent beaucoup, enfreignent les règles de production », proposent des combinaisons classiques pour mieux en faire ce qu’ils veulent. Ils osent même transformer leur lourd héritage de vins de masse en atout.  Symbole de cette époque révolue, le carignan, aux tanins rustiques et âpres, produit aujourd’hui des merveilles chez ceux qui l’ont conservé ou replanté. Le Château Ollieux-Romanis en fait la démonstration, avec un vin de fort caractère, mais frais et velouté en finale.
La Master of Wine conclut avec enthousiasme: « Les vignerons font des vins très excitants, au-delà des règles des AOP », en optant aussi pour l’élaboration de vins en IGP ou sans IG. Ils bifurquent en vins biologiques et vins nature, qui eux aussi bénéficient du climat sec et des grands vents asséchant l’humidité néfaste.
La plongée de Christie Canterbury dans nos terroirs viticoles, dégustation à l’appui, a trouvé des prolongements, comme un écho vivant à ses propos, dans les salons viticoles, en in comme en off. Arrêt sur image à Roots 66, en marge de Millésime Bio, où une nouvelle génération de vignerons libres, passionnés, inventifs, et bio, exhale et exalte son terroir. Sylvain Lejeune, à Tautavel (P.O.) fait vivre grenache et maccabeu « sur des terroirs complexes d’argiles basiquse, de marnes schisteuses, de limon près des rivières, de granit de hauteur, de schistes à Maury, quelques grés », le tout sur une vingtaine de kilomètres ! Montant sur les Côtes de l’Agly, vous y croiserez Raymond Manchon, vigneron et coopérateur de vins sans soufre. Sur une vigne de cent ans, il produit le plus beau carignan qu’il m’ait été donné de boire. Que dire de la marsanne d’altitude (400 m) d’un Romain Pion, produite en biodynamie « sur une petite veine schisteuse » qu’il ramasse en deux tris. « Le cépage est complexe, tonique quand il n’est pas trop mûr, avec des arômes incroyables de rhubarbe quand il arrive à bonne maturité». Prolongeant jusque dans le Gard, à Langlade, un autre bonheur attend au Clos des Calades, où Laurence Escavi fait revivre, en Vaunage, un vignoble en vins rouges qui fut l’égal des Bourgogne. Sur ses 5 ha en bio et vins natures, elle projette de replanter des cépages languedociens anciens, ribairenc, œillade, et chenin (oui, il y était déjà présent). Deux magnifiques cuvées  sont issues de son travail, et une prochaine  s’annonce, Atom’Hic.
Des groupes, Renaissance Carignan ou Grenache Association portée par Marlène Angelloz, font vivre ces cépages languedociens.  Les démarches vigneronnes vont aujourd’hui bien au-delà du respect du terroir et de l’environnement, avec le premier vin végan, au Château Beaubois, présenté par Fanny Boyer  à Millésime Bio.

 
 

Rançon du succès présent, les vins du Languedoc n’ont pas le temps de vieillir, déplore Christie Canterbury. Les vieux millésimes ne sont plus disponibles à la vente.  Les jeunes AOP qui grimpent en haut de la hiérarchie offrent comme autant de promesses pour le futur, le temps pour elles de se construire autour d’un style homogène. Le Languedoc-Roussillon ouvert aux promesses d’avenir, à l’international, à toutes les aventures, déploie ses vignobles, « en toute liberté » note, avec un regard plein d’optimisme une américaine passionnée. Qui n’hésite pas à épingler des fiches techniques où figurent « des notes de garrigue ». « Que voulez-vous qu’un étranger qui lit ça comprenne ? » Que saisira-t-il sans être venu ici, humer l‘odeur de pierre chaude, de soleil, de plantes naturelles, tout ce que le vin contient de nos terroirs ?

Master class de Christie Canterbury, Vinisud 30/01/2017,
présentée par sa consœur MW Elisabeth Gabay
Saint-Drézery, Château Puech Haut, Tête de bélier 2014
Limoux, Toques et clochers 2014
Pézenas, La Chapelle de Bébian 2012
Pic Saint Loup,  Château La Roque,  Cuvée vieilles vignes 2013
Corbières, Château d’Aussières 2013
Saint-Chinian, Clos Bagatelle 2013 Je me souviens
Terrasses du Larzac, Domaine La Peira, La Peira 2014
Corbières, Château Ollieux-Romanis, Or 2014
La Clape, Château La Négly, L’ancely 2014
Minervois, Domaine de Courbissac ,Roc Suzadou 2014
Faugères, Domaine de Fenouillet, Le père la minute 2014Roots 66, salon de l’association de promotion des vins de Fenouillèdes,
représentée par Morgane Le Bars, Marseille 31/01/2017
Vins biologiques, en biodynamie ou vins natures, labellisés ou pas
Sylvain Lejeune, Domaine de Sabbat, La Tour de France
Raymond Manchon, Bota Nostra 2015, Estagel
Romain Pion, Domaine Romain Pion, à Félines-Minervois, Mademoiselle, Marsanne
Laurene Escavi, Clos des Calades à Langlade, Les Strates et Paciènca

Article paru le 21 février 2017 dans Montpellier-Infos, Thau-Infos, Agde-Infos, Béziers Infos

Pin It on Pinterest