Photo: AOC Languedoc

Les portes des salons viticoles se sont closes. Loin de l’agitation viticole et médiatique, subsistent des images et des conversations, des vins et des émotions, dont un des fils conducteurs a trait à ce qui anime cette rubrique : des terroirs et des vins de qualité. Les terroirs, une histoire à raconter ? C’est ce qu’a démontré leur présence, en filigrane ou en vedette, dans les stands, les conférences et autres master classes. Une histoire conjuguée à tous les temps.


Au passé simple, les terroirs nous parlent des cépages qu’ils portaient sur leurs sols. Anciens, oubliés, modestes, l’association Wine Mosaïc milite pour leur préservation et leur promotion, dans une  vinodiversité. Signe des temps, l’espace qui leur était dédié n’a pas désempli, offrant à la dégustation des vins issus de ces très vieux cépages constitutifs de terroirs en Grèce, leur berceau, et sur tout le pourtour méditerranéen. Les Rencontres des cépages modestes œuvrent à la remise en lumière … et en plantation des cépages français. A l’opposé des recherches actuelles sur des cépages résistants (aux maladies et au réchauffement climatique), destinées à refaire des croisements et créer des hybrides producteurs, l’association invite au retour aux cépages anciens « qui sont souvent moins forts en degréont plein de qualité,  un goût différent de ce que nous avons l’habitude de boire», explique son vice-président, Jean Rosen. Un gout de terroir qui, autrefois, avait valeur péjorative et qui, aujourd’hui, est recherché. La cuvée Mailhol, du Domaine  Henry à Saint-Georges d’Orques, composée de rivairenc, œillade, morrastel, terret, illustre ce retour aux sources. Acclimatés à de fortes chaleurs pendant des centaines d’années, ces cépages résistent mieux aux changements que nous connaissons, selon Jean Rosen. Il n’est qu’à regarder la syrah, importée en Languedoc, qui y dépérît. « Des gens replantent et font des vins très intéressants. Nous sommes dans le domaine du patrimoine, de la biodiversité, d’histoire locale, de fierté locale» conclut-il.
A deux pas de l’espace méditerranéen consacré à ce patrimoine vivant, une master class  passionnante emporte les dégustateurs dans l’histoire des AOC Languedoc depuis leur création, il y a trente ans, afin de mieux comprendre les raisons de leur succès présent à l’international.  Elisabeth Gabay, Master of Wine américaine,  apporte un regard extérieur sur cette réussite qui « tient à des vins authentiques, qui reflètent leur terroir et leur histoire, et sont d’une grande diversité, en rouge, blanc, rosé, doux ou effervescent ». Ils sont aussi le produit d’une grande diversité de sols et de paysages dans un climat méditerranéen chaud baigné de vents forts. Loin de l’image longtemps conservée de vignobles de masse, le Languedoc recèle des petits bijoux. La dégustation balaie les AOP du Languedoc, du Pic Saint Loup aux Corbières, de Saint-Chinian, Faugères au Minervois  et à La Clape, des littoraux aux arrière-pays d’altitude (relative). Les cépages blancs rhodaniens descendus en Languedoc (roussanne, marsanne, viognier) côtoient  la combinaison gagnante en rouge, grenache/ syrah/ mourvèdre, que chaque vigneron, tel un artiste manie, dose à sa guise. La pyramide des AOP s’affine au fil de la dégustation, les rendements diminuent à chaque strate de la hiérarchie qui finit de s’installer entre AOP générique, dénomination et cru.

Des terroirs pour le futur, Vinisud l’a envisagé avec deux nouveaux espaces créés dans le salon. Le premier, consacré à La nouvelle vague, a mis en avant les acteurs viticoles de demain. Il a donné l’opportunité à 41 jeunes vignerons, installés depuis moins de cinq ans, de se présenter, à un tarif préférentiel, aux acheteurs nationaux et internationaux. Le renouvellement des générations, la transmission des domaines sont au cœur d’une réflexion des professionnels, à l’instar des IGP Pays d’Oc qui ont décidé en décembre, lors de leur assemblée générale, de créer une ligne budgétaire  pour aider les jeunes à s’installer.
Levier économique, mais aussi levier culturel, l’oenotourisme s’est installé dans un espace méditerranéen sur le salon, sous la houlette d’André Deyrieux, consultant en stratégies oenotouristique. Marketing territorial, oenoculture, mise en scène paysagère, stratégies de territoire, autant de sujets qui ont été débattus dans les tables rondes. L’oenotourisme raconte les paysages, les hommes, les vins, cette combinaison magique qui a constitué un terroir, à un endroit donné. La discipline tend aujourd’hui, après une uniformisation du discours en vue de la labellisation en Vignobles et Découvertes, à vouloir rendre en compte la spécificité de chaque territoire. Un pas vers la mise en lumière de l’originalité des terroirs qui composent ces destinations, dans une région qui affiche ses ambitions en matière de tourisme.  Le vin se vend aussi comme un produit culturel. « Il y a mille histoires qui peuvent être racontées. Surtout, sortons de la bouteille de vin, et faisons jouer cette 3e dimension, de l’oenoculturel ! », s’exclame André Deyrieux.

Photos Claude Cruells

Pour preuve, l’espace oenotouristique offrait un lieu d’exposition au projet mémoriel du photographe Claude Cruells « Méditerranée terroir divin ». Les photos présentées en panneaux lumineux feront l’objet d’un livre d’art rassemblant les plus beaux paysages viticoles et oléicoles de tout le bassin méditerranéen, sur 19 pays. « Le livre recueillera le témoignage de vignerons silencieux, c’est-à-dire ceux qui font du vin vivant, sur une terre vivante, qui respectent la nature et transmettent un message d’avenir pur pour notre planète » explique Claude Cruells. Les photos, les panoramiques à 360°, des vidéos, tout sera transmis aux jeunes générations, dans une sorte de conservatoire vivant. « Notre objectif est vraiment mémoriel. Nous faisons un  état de lieux de la Méditerranée pour le siècle à venir » ajoute le photographe, qui fait le lien entre des patrimoines millénaires, des cépages, des hommes pour tendre des ponts vers les prochaines générations.
Un patrimoine méditerranéen, des terroirs languedociens nous parlent et se racontent, sur tous les tons, dénouant ce fil conducteur d’une histoire qui continue à s’écrire, d’un devenir qui cherche ses voies.

Article paru le 3 février 2017 dans  Montpellier-Infos, Thau-Infos, Agde-Infos et Béziers-Infos

Pin It on Pinterest