Ils sont bien là, dans la ville dont son sénateur-maire, François Commeinhes, dit un jour qu’elle compte autant d’artistes que d’habitants. Ils participent à ces fééries sétoises décrites par le philosophe Michel Onfray[1], dans un port encore imprégné de la fièvre des déchargements, des odeurs de bois brûlé et de vin transbordé, du roulis des barriques chargées sur les quais, ventres ouverts de la tonnellerie et des négoces.

Des peintres, sollicités par Gérard Bru, propriétaire du Château viticole Puech-Haut à Saint-Drézery, alimentent depuis 2000 une collection inaccoutumée, dans laquelle chaque artiste s’acquitte librement d’une figure imposée : habiller une barrique du château réformée. La collection reprend le chemin en sens inverse quand, déclinée sur des Bib’ Art, elle propose du vin à consommer dans ses petites barriques de 5 litres en tôle peinte.Des artistes entretiennent ce rapport continu avec le vin dans l’Ile singulière, chère à Paul Valéry, mais aussi à Pierre Soulages, André Cervera ou la famille François. Un rapport prolongé dans les lieux même d’expression artistique. L’Ecole des Beaux-Arts n’appartenait-elle pas à une famille de négociants en vin ? Et le Musée International des Arts Modestes (MIAM) fondé en 2000 par Hervé di Rosa n’est-il pas abrité dans un ancien chai ? Il y propose, comme une mise en bouche, une manifestation intitulée Miam Miam Glouglou.
Les arts plastiques ont toujours accompagné le vin, en ont donné une représentation graphique, émotionnelle ou conceptuelle. Un lien continu, intemporel s’est tissé depuis que le breuvage, porté par Dionysos, dieu de la vigne, mais aussi du théâtre et des arts, a servi de vecteur de civilisation dans la conquête romaine.

Hervé di Rosa,
Sérigraphie, 1988

L’art pictural, de nos jours, n’a de cesse de fleurir dans les caves. Tous les étés, il pousse la porte des caveaux de vente, s’invite sur les murs des chais, appelle à la réflexion ou au voyage. Un rapport plus intime s’est installé à Sète quand Robert Skalli, pionnier des vins de cépages en France, mais aussi mécène d’art contemporain, a collectionné les œuvres, les a exposées dans son chai, et a soutenu la création avec sa marque Fortant. Les IGP Pays d’Oc n’oublient pas son rôle éminent, dans la célébration de leur trentenaire cette année.

Joël Bast
présences,2016

Les artistes sétois déploient toutes formes d’expressions pour glisser le divin nectar en support, élément annexe ou central de leurs œuvres. Jusqu’à l’art-textile d’Isabelle Piron brodant des sarments de vigne, ou les Présences de Joël Bast qui ont semé tels des grains ici un vendangeur, là un barman, les contenants du vin, étiquettes, bouteilles, barriques, offrent un écrin précieux à la fois à la création artistique et à leur contenu.

Dans la lignée de Philippe de Rothschild qui, considérant dès 1945 que « un grand vin est un art », avait lancé la création d’une étiquette signée par un grand artiste, les peintres se sont prêtés à l’exercice : Soulages, di Rosa, ou récemment encore André Cervera pour un muscat de Frontignan.


Pierre Soulages, 1976,

Hervé di Rosa, 1987,

André Cervera, 2016

(photo: MIAM)

Dernier en date à se prêter à l’exercice, le sétois Jean-Jacques François en a fait « Le vin dans l’art, l’art du vin. Et le divin dans l’art du vin». Il a d’abord réalisé un projet sur tableau, avant de peindre sur le tonneau. La bouteille de vin elle-même se transforme en œuvre, quand, une fois son contenu bu, sa forme esthétique inspire le peintre. Jean-Jacques François, qui s’intéresse à tous les supports dans son art du détournement, dit s’amuser à « tout voir, tout oublier, tout recréer ».

Barrique, Jean-Jacques François, 2016,Ph: Philippe Fontaine

Quelques artistes approfondissent ce rapport sur leur terrain, dans les tableaux.


Arrivé à Sète en 2014, Alain Vaissière a quitté sa ville rose et son travail pour se consacrer à son digital Art, dans lequel il mélange ses ingrédients (photo, dessin, dessin numérique). En créant des mosaïques, il invente un nouvel espace que chacun peut s’approprier.
« J’assemble, comme le vin » explique-t-il. Dégustation , Grand cru ou Villes invisibles s’en inspirent.
Une célébration hédoniste des plaisirs voire des excès du vin, dans la droite ligne des banquets antiques et festins rabelaisiens, s’affirme chez Robert Combas, André Cervera ou Jean-Jacques François encore. Elément d’un prochain tableau, un déjeuner sur l’herbe ludique librement inspiré de Manet, le vin figurera naturellement pour lui, posé dans l’herbe comme un plaisir, dans une convivialité qu’il recherche dans le breuvage.

Vin-Roi, Robert Combas

Festin totémique, André Cervera, 1996

Une telle célébration figure chez André Cervera, « électron libre » ainsi qu’il se définit, qui prônait dans sa jeunesse, non loin des transes bacchanales, une transe poétique. Compilant les mythologies, il rapporte de ses voyages dans le monde ou de son rapport au monde un Festin totémique ou autre Festin minuscule, peint en résidence d’artiste en Chine, tout comme Bloody cocktail ou A kind of chinese repas où le vin s’invite à table, même loin de Sète.
Robert Combas, chantre de la figuration libre, célèbre la vie, cherche à saisir la nature, avec tout son talent de coloriste. En décryptant le monde, il y découpe des fenêtres et nous amène dans son aventure. Le vin y est roi, La Bouteille de vin rouge également. Michel Onfray voit dans son travail, en 2012, une dimension dionysiaque, qu’il décrit dans « Transe est connaissance »[2] . Ce à quoi l’artiste répond dans le Figaro : « J’imagine qu’il parle de ma façon de célébrer les choses plus que de mon goût pour le vin. (…) Je dis que l’on peut voir les couleurs avec le nez, sentir avec la bouche. J’aime cette vision décalée des sensations. Si je me joue des stéréotypes, c’est pour mieux souligner la typicité de l’art. Dans ma peinture, le terroir, c’est moi ! ».


La bouteille de vin rouge, R.Combas , 1986

Bloddy cocktail, A.Cervera

Caveau du Domaine Gaujal à Pinet

Ces éminents artistes sétois se sont retrouvés ces derniers mois sous les feux de l’actualité, dans des expositions d’ampleur nationale et internationale : Hervé di Rosa à la Maison Rouge à Paris, Robert Combas en Avignon et à Monaco, ou acceptant de s’exprimer dans une émission télé sur France 2 en début d’année.
Loin des lumières, Pierre François tissa sa toile, à part. Jean-Jacques François, son jeune frère, évoque cet homme discret humble, dont peu connaissent le parcours (cinéma, dessin animé scientifique, décors de théâtre à Avignon par exemple). Inspiré par Raoul Dufy, « son graphisme léger et ses couleurs vives et harmonieuses », décrits par ses amis, ont tracé un lien tant avec la nourriture qu’avec le vin. Un lien qui trouva un lieu, passant sur l’autre rive de l’étang de Thau, à Pinet. Dans le caveau de vente de son ami Ludovic Gaujal, caveau – musée transmis à son fils Laurent, se côtoient œuvres et gammes de vin, collection d’étiquettes et bouteilles. Un lieu à part où Pierre François ouvrait un horizon à des vins encore peu connus, Picpoul de Pinet ou rosés du rivage.

Le vigneron, un artiste lui aussi?
Le travail de quelques grands élaborateurs, leur image d’orfèvres a conduit à oser l’analogie, et à ériger en art la fabrication de quelques flacons rares et chers. Comme l’artiste, le vigneron crée, en un rituel renouvelé chaque année, reproduisant des gestes mêmes aux effets différents. Il mobilise les sens, suscite émotions et expérience esthétique. Comme l’artiste, il travaille la matière, la couleur même, se soumet au jugement d’experts. Soudain, le sang de la vigne se métamorphose en matière première de l’art pour quelques-uns qui vont jusqu’à peindre avec du vin ! Mais l’art transfigure la nature et le réel, quand le vin est œuvre de ses éléments, et le vigneron son simple interprète. L‘oenotourisme tend actuellement à intégrer la production viticole dans un monde culturel, jouant de ses rapports et ses interactions avec des paysages, une histoire, des patrimoines, des apports culturels multiples.

Photo: Claude Cruells

On connaît le vin sous une autre encre, celle des écrivains, et sous des rapports nouveaux explorés avec les notes de musique, jouée dans les vignes, dans le chai, et sensées accompagner la création du vin à ses différentes étapes : pendant les vendanges, pour la vinification ou l’élevage et même la mise en bouteille.
Les arts, tous les arts, s’unissent avec la ville-île, détachent le vin de ses manifestations contextuelles, estivales ou autres, pour pérenniser un lien intemporel dont ils assurent la transmission. Ces artistes réécrivent une magie, dans cette ville si singulière, bruyante et colorée, libertaire et provocatrice, une poésie, une féérie même, écrit Michel Onfray dans son dernier ouvrage, inspiré par ses textes antérieurs sur Robert Combas.
Le vin déserte peu à peu celle qui fut sa capitale méridionale, pour le meilleur et pour le pire. Les quais se vident et les chais des négociants se muent en lieux de tournage télévisuels, prenant une nouvelle vie, artistique elle aussi. Le fil s’en déroule, encore, à Sète.


[1] Michel Onfray, Robert Combas et Topolino, Fééries sétoises, Paris, Dans la boîte, 2016, 92 p.

[2] « Les encyclopédies et les histoires de l’art associent son nom à la « Figuration Libre ». Mais, au-delà de l’étiquette, on peut aussi le voir comme un baroque lyrique, autrement dit : un peintre compagnon de route et de fortune de Dionysos, le dieu des vignes, du vin, de l’ivresse, de la fermentation, de la danse, de la folie, de la transe, des substances vitales (sang, sperme, sève, lait), des animaux puissants (taureaux, boucs, béliers), de l’extase, de la végétation luxuriante, de la musique percussive, mais également l’inventeur de la tragédie et de la comédie, donc du verbe sculpté. Comme Dionysos, il chevauche le tigre et prend donc chaque jour le risque de se faire dévorer par son art. Sa peinture est l’une des plus dionysiaques de l’histoire de la discipline. »

Article paru le 18 janvier 2017

Pin It on Pinterest