Il y a des soirées qui ont fière allure. En avant-première de Vinisud, salon des vins de la Méditerranée, les Vinifilles ont investi le Musée Fabre à Montpellier. « L’association réunit des vigneronnes du Languedoc-Roussillon, « des copines, des femmes qui ont appris à se respecter, à se connaître, qui découvrent que faire les choses à plusieurs, c’est beaucoup plus facile » explique leur présidente, Valérie Tabariès-Ibanez (Domaine de Roquemale à Villeveyrac). Après avoir éclairé aux chandelles le Gazette-Café pour la Saint-Valentin l’an dernier, les Vinifilles ont offert à leurs clients un moment de dégustation privilégiée, entre art et solidarité, éclats de rire et émotion.

Selon leur habitude, c’est en toute décontraction qu’elles ont marié bons vins, musique et produits de la Méditerranée, dans un buffet concocté par leurs soins. En toile de fond des dégustations, l’exposition François Rouan, Tressages ajoute à la magie du lieu, fleuron de l’art que beaucoup d’acheteurs découvrent. Une visite les invite à parcourir les ailes du Musée choisies par les Vinifilles, des maîtres languedociens à Pierre Soulages.

Attentives aux ambiances propices à la dégustation, « aux transmissions de culture, de gastronomie » comme le dit Marie Chauffray (Domaine de la Réserve d’Ô à Arboras), les Vinifilles le sont aussi à communiquer leur passion du terroir. Françoise Ollier (Domaine Ollier-Taillefer à Fos) donne le la avec sa Grande Réserve, issue de vieilles vignes aux racines très profondes sur des schistes du Faugérois. « On voulait mettre en valeur le schiste, qui donne ce côté fumé, tout ce que le terroir nous amène, l’altitude. Ce que j’aime nous, et chez beaucoup de Vinifilles, c’est la fraicheur et l’équilibre des vins. Des vins digestes, pas de gros mastodontes bodybuildés ». Pascale Rivière (Jasse de Castel à St Jean de Fos)) poursuit, parlant des Terrasses du Larzac : « Nous nous situons juste à la fin du Massif central. Nos sols sont différents, caillouteux ou argileux, mais ils ont la particularité d’être en terrasses, avec une nappe phréatique proche qui conserve aux vins toute leur fraîcheur ». Son blanc, en effet, respire cette minéralité. Et son rouge, Bleu Velours 2014, vient d’obtenir une médaille d’Or à Challenge Bio. De l’exaltation du terroir au respect de l’environnement, la plupart des Vinifilles ont obtenu le label en vins biologiques, voire Déméter (Marie Chauffray). Françoise Frissant (Château Coupe-Roses à La Caunette) a choisi l’option d’une cuvée nature.


Françoise Ollier

Valérie Tabariès-Ibanez

Marie Chauffray

Pascale Rivière

Moment fort de la soirée, la vente aux enchères rondement menée par Me Aude Andrieu propose trois lots exceptionnels, vieux millésimes sortis des caves personnelles des Vinifilles au profit de l’une d’entre elles, Fabienne Bruguière (Mas Thélème). Ses vignes en Pic-Saint-Loup ont été entièrement ravagées par la grêle le 17 août 2016.
Dix-huit Vinifilles, dix-huit bouteilles, y compris un Exultet 2005 de Fabienne, le premier millésime de Mâle, 2008, à Roquemale, le plus beau, un 2008, au Château de l’Ou à Montescot, Les galets roulés 2010 de Château de Rey à Canet-en-Roussillon, magnifique, Hissez Ô 2009 de la Réserve d’Ôet ses 36 mois d’élevage à la réserve d’Ô … 1220 € sont récoltés et entièrement reversés à Fabienne, tout comme le bénéfice de coffrets de Noël. Solidarité de vigneronnes, solidarité de filles, solidarité d’amies avant tout, qui s’est manifestée dès le jour du désastre pour lui dire « On va te donner du vin ». La vente aux enchères, le don de vin de leur propre récolte pour élaborer deux cuvées et emplir à nouveau le chai participent à la reconstruction du Mas Thélème, pour que Fabienne et son mari, Alain, aient du vin à vendre, tiennent courageusement debout au milieu des malheurs. Fabienne évoque avec émotion cet « élan de solidarité exceptionnel » vers eux.

Présente à la dégustation, Sylvie Tonnaire, rédactrice en chef du magazine Terre de Vins, a participé, on le sait peu, à la création des Vinifilles en 2009. Elle remarque « une puissance des femmes dans la région ». Une montée en flèche qui se traduit, par exemple, par la prise de présidence de caves coopératives, ou, projet en cours de réalisation, du plus gros groupement de caves de l’Hérault. L’organisation de Master classes à Vinisud confiée à quatre expertes internationales, ou la constitution récente d’une association, #womendowine, pour donner de la visibilité à cette présence féminine dans le vin, en fournissent de nouvelles illustrations.
Outre l’image de femmes agissantes, les Vinifilles offraient lors de leur soirée au Musée Fabre un visage de réussite joyeuse, de cohésion dans la complémentarité, des vins comme des caractères, juste avant l’ouverture des deux grands salons du vin dans le sud, l’un à Montpellier, l’autre déplacé à Marseille.

Article paru le 29 janvier 2017 dans Montpellier-Infos, Thau-Infos, Agde-Infos et Béziers-Infos

Pin It on Pinterest