Vinisud, salon des vins de la Méditerranée a refermé ses portes sur une fréquentation stable. De vins, de terroirs, de cépages, il n’a été question que de cela pendant trois jours à Montpellier. Des grands stands des interprofessions aux plus petits, des plus sophistiqués aux plus simples, le vin a jailli dans toutes ses dimensions, dans tous ses métiers.
Des vins à profusion, avec 26 000 références disponibles à la dégustation, des vins du Languedoc-Roussillon très présents, qui racontent le Sud, avec leurs AOP, ancrées depuis trente ans dans leur terroir et leur histoire, avec leurs IGP, à l’instar des Pays d’Oc qui parlent cépages en 56 variétés. La référence au terroir, omniprésente, court à travers les couloirs du salon, dans les noms, tels Vignerons et patrimoine, les cuvées, comme « Les galets dorés » du domaine de Nizas, sur les bouteilles armoriées de la Compagnie Rhodanienne, dans les cépages honorés au cours des dégustations, à l’image des meilleurs grenaches du monde.
Ressurgis de leurs terroirs, les cépages anciens ont tenu le haut du pavé. Le succès des nombreuses conférences consacrées aux cépages  autochtones, oubliés en atteste. Un espace entier, « Expression méditerranéenne », a rassemblé vins et vignerons sous l’égide de Wine Mosaïc. La jeune association  a fait de la protection d’un patrimoine végétal et historique l’enjeu du maintien de la « vinodiversité » qu’elle défend. Vingt cépages rares ont ainsi été recensés en Languedoc-Roussillon, prêts à revivre.
Ces terroirs vivants (nom choisi par un négoce montpelliérain), Vinisud a invité à les parcourir dans leur multitude. C’est d’ailleurs un itinéraire culturel, Iter Vitis, les chemins de la vigne, qui a reçu le prix de l’ « Oenotouriste de l’année». « Prix gratifiant pour tous les membres de l’association qui font connaître les paysages culturels, historiques mais aussi scientifiques de la vigne et du vin », souligne sa représentante, Viviane Coursières.
De la balade proposée directement  depuis le salon par le Clos Bagatelle pour rejoindre les terroirs de St Chinian, jusqu’à l’organisation Sud de France, qui présente des circuits « à la carte » ou des suggestions de son Club Oenotourisme, ces chemins variés incitent à la découverte des plus beaux vignobles et domaines. L’accent est mis sur l’innovation, par le numérique, la diversification des offres, le développement des hébergements, la gastronomie… André Deyrieux, créateur de Winetourism in France, définit le mouvement comme « un tourisme culturel qui se déguste sur un territoire  (…) Le vin est une clé pour ouvrir ce territoire, une énorme encyclopédie. Chaque fois qu’on tourne une page, on découvre quelque chose ».
Cette invitation n’est possible que par la qualité des vins. Tout nous ramène à eux, y compris lorsqu’on emprunte des chemins de traverse, qui mènent les pas sur le salon Demeter de la biodynamie, à Palavas , chez les Outsiders, vignerons étrangers installés en Languedoc, ou chez les Vinifilles un soir de Saint Valentin … aux chandelles, à la Gazette Café. Dans une ambiance feutrée et chaude, nourrie de monde, de musique, et derrière les sourires et les grands éclats de rire, perce le travail, tout le travail de ces vigneronnes,  pour mener à une qualité, dégustée dans un instant privilégié. Cette qualité affichée, démontrée reconnue, des vins du Languedoc-Roussillon et du sud de la France, Vinisud l’a célébrée , dans une ode à la diversité, une ode à la Méditerranée, à ce pourtour de  mare nostrum, notre mer, mère de la diffusion de la viticulture. 

Quelques sites à parcourir :

                Stand IGP Pays d’Oc

Stand « Les beaux nez rouges » 

 
Stand Wine Mosaïc                                                                         Intervention Laurent Audeguin sur les cépages anciens du Languedoc

 
André Deyrieux et Viviane Coursières

©photos : Alain Reynaud, photographe officiel de Vinisud

Article paru le 18 février 2016 dans Montpellier-Infos et Thau-Infos

Pin It on Pinterest